À Frontignan rien ne change, Michel Arrouy est bel et bien l’excroissance de Pierre Bouldoire.

Pendant la campagne et au lendemain de son élection, Michel Arrouy avait promis de “surprendre” tous les Frontignanais et Lapeyradois. À ceux qui l’accusaient d’avoir agi dans l’ombre de Pierre Bouldoire pendant 25 ans et d’être son clone, il vantait ses spécificités et sa propre personnalité.

On peut cependant mettre à son actif son omniprésence sur le terrain, alors que Pierre Bouldoire avait disparu des écrans radars depuis des lustres. Mais malheureusement cela ne fait pas tout, et sa première année à la tête de notre commune démontre une continuité totale avec son mentor sur de nombreux points.


En matière d’insécurité, l’inaction reste de mise, malgré ce que le maire veut nous faire croire en conseil municipal. La vidéoprotection de notre ville, longuement conspuée par les communistes de la majorité et censée fonctionner, semble servir avant tout de décoration et la police municipale de notre commune semble totalement museler. Aussi, Frontignan le soir et la journée d’ailleurs, c’est « open bar » et les délits en tout genre peuvent prospérer, les dealers peuvent continuer leurs trafics en toute quiétude et le CSU (centre de supervision urbain) indispensable pour une commune de 23 000 habitants ne verra jamais le jour.

Notre groupe d’opposition a pourtant soulevé ces problèmes à maintes reprises, sans obtenir de réponses satisfaisantes du maire, ce dernier ironisant même, lors du dernier conseil municipal, en disant que les voitures prenaient feu seules parfois à Frontignan !


Sur le dossier de la gare SNCF, là aussi le maire agit en digne héritier de son prédécesseur, en promettant depuis longtemps une nouvelle gare sur l’ex-site de la Mobil, mais sans s’engager cependant sur les délais. Dans le même temps, il prépare, avec son amie Carole Delga Présidente de la région Occitanie, des travaux de rénovation et de mise aux normes de l’actuelle gare du centre-ville. Autant dire que le nouveau pôle multimodal de Frontignan promis aux électeurs pendant la campagne électorale n’est pas prêt à voir le jour et qu’il ne s’agissait que d’une promesse électorale.


Les positionnements politiciens restent eux aussi inchangés : écriture inclusive à outrance alors qu’elle est fortement déconseillée par le gouvernement et l’Académie française, références gauchistes dans tous les discours prononcés par le maire, soutien aux associations ultra-immigrationnistes comme SOS Méditerranée, célébration du 19 mars 1962.

En outre, la majorité a assumé, lors du dernier conseil municipal, son soutien passé au criminel d’extrême-gauche Cesare Battisti, ni excuse, ni regret, les choses sont claires.


En agissant donc comme la parfaite excroissance de Pierre Bouldoire, Michel Arrouy condamne notre ville à l’immobilisme et au déclin : aucune baisse d’impôts locaux (taxe foncière) en perspective, aucune relance de notre économie locale, aucune remise en cause des erreurs du passé, aucune amélioration des services publics (par exemple le service minimum d’accueil dans les écoles, toujours aussi défaillant). De fait, aucun nouveau projet structurant, aucun changement dans la gestion municipale n’a été annoncé. Le maire va tout simplement perpétuer le système mis en place par l’ancien maire depuis 1995, avec le bilan que l’on sait.


En tant que représentants de la seule opposition municipale, nous déplorons fermement cette inertie et nous continuerons à réclamer le changement dont notre ville a besoin : davantage de démocratie, de sécurité, de propreté et plus de transparence.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*