L’heure du bilan : une gouvernance autoritaire et de nombreuses questions en suspens.

Cela fait 10 mois que la ville de Frontignan a élu son nouveau maire, et l’heure est désormais au bilan. S’il se fait gorge chaude de mettre au cœur de sa mandature la démocratie locale et participative, force est de constater qu’en réalité ce n’est pas le cas.

La preuve en est que la majorité municipale a mis en place une commission intitulée : « ville citoyenne, démocratie participative et proximité » dans laquelle sont censés participer les élus de l’opposition, mais comble de l’ironie, cette commission ne s’est jamais réunie. Lors du dernier conseil municipal, monsieur Linares a avoué que des pré-commissions sur ce sujet ont déjà été organisées en présence des élus de la majorité seulement, et sans aucune consultation des élus de l’opposition !

De même, nous avons dû saisir le Préfet du département pour obtenir, enfin, le droit d’expression dans les magazines municipaux « hors série ». Prochainement, nous l’interpellerons à nouveau afin de permettre le débat contradictoire suite à nos questions orales posées en fin de séance des conseils municipaux, et systématiquement refusé par le maire.

Nous avons par ailleurs vérifié les comités de quartiers mis en place par la municipalité, et là encore les présidences sont attribuées aux élus de la majorité actuelle, aux colistiers de Michel Arrouy aux dernières élections municipales, ou à des proches politiques.

Quid alors de la démocratie locale, lorsque tout est verrouillé ? De toute évidence, les élus d’opposition, qui sont des élus à part entière, n’ont pas les mêmes prérogatives, car ils sont exclus des organismes extérieurs, des conseils d’administration, et que 3 des 7 élus de l’opposition ne peuvent pas assister aux commissions inter-sectorielles en tant que titulaire.

Monsieur le maire peut bien répéter à tue-tête que la porte de son bureau sera toujours ouverte, mais, en « off », il se comporte différemment, muselant ainsi l’opposition et essayant de la réduire à sa plus simple expression, tout en voulant laisser croire que l’ensemble des élus de la ville (majorité et opposition) ne font qu’un !

Malgré ce comportement sectaire, nous continuerons de nous battre avec les moyens dont nous disposons. Depuis le premier conseil municipal, c’est plus de 46 questions orales posées (source mairie), et cela continuera. Nous avons besoin d’obtenir des réponses précises aux nombreuses interrogations de nos concitoyens.

Nous attendons maintenant avec impatience les suites qui seront données aux nombreux sujets brûlants, dont Michel Arrouy s’était saisi lors de sa campagne électorale, à savoir la création de plus de 500 emplois sur notre territoire, l’exploitation de la friche dépolluée, la gare multimodale…

De toute évidence, les sujets sensibles seront nombreux, tout comme nos questions orales qui continueront heureusement d’alimenter les débats lors des conseils municipaux, assez mornes en général. En effet, un bon nombre d’élus de la majorité assistent solennellement aux monologues du maire, ce dernier leur laissant peu de place pour s’exprimer, monopolisant la parole durant ces conseils.

Enfin, les élus de l’opposition se sont fortement investis pour que la lumière soit faite sur les détournements de fonds du Neptune Olympique Frontignan (NOF), et grâce à notre plainte et à nos nombreuses interventions, les Frontignanais pourront bientôt connaître la vérité sur cette sombre affaire.

Vos élus d’opposition restent toujours actifs sur le terrain et bien présents à tous les conseils municipaux et diverses commissions.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*